Le Manga en France !

Les mangas ou bandes dessinées japonaises , sont apparus en traduction dans de nombreuses langues différentes dans différents pays, dont le Brésil , la Corée la Chine continentale Taïwan , la France , l' Allemagne , le Mexique , l' Italie et bien d'autres. En France, le manga constitue une industrie importante (et toujours en croissance) , surtout par rapport aux percées que l'animation japonaise a faite en France. Un certain nombre de mangas ot connus un franc succès en France et de nombreux titres sont encore très populaires tels que Dragon Ball , One PieceNarutoHunter X Hunter , Bleach...

Avant de commencer vous pouvez dès à présent retrouver l'ensemble de nos figurines manga venue de France en cliquant ici : 

FIGURINE MANGA FRANCE

 

L'écriture des mangas

Étant donné que la fiction japonaise écrite s'écoule généralement de droite à gauche, les mangakas  dessinent et publient de cette façon au Japon. Lors de la première traduction de divers titres dans les langues occidentales, les éditeurs ont inversé les illustrations et les mises en page dans un processus connu sous le nom de "retournement", afin que les lecteurs puissent suivre les livres de gauche à droite. Cependant, divers créateurs (comme Akira Toriyama ) n'ont pas approuvé que leur travail soit modifié de cette façon et ont demandé que les versions étrangères conservent le format de droite à gauche des originaux. Donc, en raison à la fois de la demande des fans et des demandes des créateurs, de plus en plus d'éditeurs ont commencé à offrir l'option de formatage de droite à gauche, qui est maintenant devenue monnaie courante en France. Le formatage de gauche à droite est passé de la règle à l'exception. 

Les mangas traduits incluent souvent des notes sur des détails de la culture japonaise que le public étranger peut ne pas trouver familiers.  

Une société, TOKYOPOP (fondée en 1997), produit des mangas aux États-Unis avec le format de droite à gauche comme point de différence très médiatisé. Ils sont largement crédités avec le démarrage d'un boom des ventes de mangas, notamment chez les adolescentes. Quelques critiques se sont plaints que leur calendrier de publication agressif met l'accent sur la quantité plutôt que sur la qualité, et pourrait être responsable de traductions que beaucoup estiment être de qualité sous-optimale. Beaucoup désapprouvent également la société pour leurs changements de localisation fréquents, y compris des ajouts tels que l'argot américain, des jurons excessifs qui ne se trouvent pas dans les originaux japonais des mêmes titres et des réécritures de blagues, entre autres. Les critiques ont tendance à admettre que leurs contributions au succès du manga en Amérique ont été considérables.    

La France et le Manga

"Exception française"

La France a un marché du manga particulièrement fort et diversifié. De nombreuses œuvres publiées en France appartiennent à des genres peu représentés en dehors du Japon, comme le théâtre pour adultes ou les œuvres expérimentales et d' avant-garde Les premiers éditeurs comme Tonkam ont publié auteurs Hong-Kong (Andy Seto , Yu et Lau) ou auteurs coréens (Kim Jae - hwan , Soo & Il, Wan & Weol et Hyun Se Lee) dans leur manga collection au cours de 1995/1996 , qui est tout à fait rare. Aussi, certains auteurs japonais, comme Jiro Taniguchi , sont relativement méconnus dans d'autres pays occidentaux mais ont reçu beaucoup d'éloges en France.        

Sur le plan culturel, la popularité et la diversité du manga en France peuvent résulter du fait que ce pays dispose d'un marché de la bande dessinée bien établi et respecté. En outre, un nombre exceptionnellement réduit de chaînes de télévision dans les années 1970 et 1980 peut expliquer le puissant impact de l'animation japonaise sur le public : les téléspectateurs n'ayant guère le choix, l'animation japonaise est rapidement devenue un courant dominant. Depuis son introduction dans les années 1990, l' édition de mangas et la diffusion d' anime se sont entremêlées en France, où les séries télévisées shōnen , shōjo et seinen les plus populaires et les plus exploitées ont été importées dans leur version papier. Par conséquent, les livres japonais et figurines ("manga") ont été naturellement et facilement acceptés par un large public juvénile qui connaissait déjà la série et a reçu le manga comme faisant partie de sa propre culture. Une forte sauvegarde parallèle a été l'émergence des jeux vidéo japonais, Nintendo/Sega, qui étaient principalement basés sur des mangas et des séries animées.                

L' ère de l' animation nippone (1978 – 1986)

L'une des principales raisons du succès du manga en France et des figurines réside peut-être dans le fait que son corollaire, l'animation japonaise , était déjà apparue dans ce pays sur les chaînes de télévision publiques à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Contrairement à d'autres pays européens, à cette époque il n'y avait que trois chaînes de télévision françaises, toutes deux Erreur de script : Pas de module de ce type « Unsubst ». étaient publics et avaient des émissions de télévision pour enfants mineurs. Les séries Shōnen et Shōjo comme UFO Robot Grendizer Captain Future Candy Candy et Captain Harlock sont emblématiques de cette époque.

Le producteur Jean Chalopin contacte rapidement quelques studios japonais, comme Toei (qui a fait Grendizer ) ; et Tokyo Movie Shinsha Studio Pierrot et Studio Junio ​​ont produit des séries franco-japonaises en France. Bien qu'entièrement réalisé au Japon par des character-designers comme Shingo Araki , la première production de figurine de ce type, Ulysse 31 s'est inspiré thématiquement de l' Odyssée grecque et de l'influence graphique de 2001 : A Space Odyssey de Stanley Kubrick Ulysse 31 a été mis en vente en 1981, d'autres émissions produites par DiC Entertainment ont suivi en 1982, Jayce and the Wheeled Warriors Mysterious Cities of Gold , plus tard M.ASK , etc. Ces séries étaient suffisamment populaires pour permettre l'introduction de produits sous licence tels que tee-shirts, jouets, autocollants, verre à moutarde, tasses ou keshi S'ensuit également une vague d' adaptations animées de contes européens par Studio Pierrot et principalement par le studio Nippon Animation.                                     

Un tel anthropophisme dans les contes provient de traditions de narration anciennes et courantes dans les cultures japonaise et française, y compris le Chōjū giga emaki (les véritables origines du manga ) de Toba Sōjō (1053-1140), et les fables animales de Jean de La Fontaine (1621 –1695). Changer les humains en chiens anthropomorphes reflète une forme connue de cynisme, la philosophie européenne évidente dans de nombreux pays modernes.

Les adaptations de ces contes populaires ont facilité l'acceptation et l' assimilation des produits dérivés sur les mangas et les figurines semi-japonais dans des pays comme la France, l' Italie ou l'Espagne. La localisation avec suppression des génériques par Saban ou DiC , était telle qu'aujourd'hui encore, vingt ou trente ans plus tard, la plupart des adultes français qui ont regardé des séries comme Calimero (1974) adaptées d'un roman italien, Wanpaku Omukashi Kum Kum (1975), Barbapapa (1977) adapté d'un roman français, ou Monchichi (1980) car les enfants ne savent même pas qu'il ne s'agissait pas d'animation locale mais de " Japananimation " créée au Japon , en Corée du Sud, en Chine ou en Corée du Nord.                             

L'ère Toei (1987 – 1996)

En 1986 et 1987, trois nouvelles chaînes de télévision privées ou privatisées apparaissent sur les ondes françaises. Une lutte agressive pour l'audience, notamment sur les émissions télévisées pour enfants, s'engage entre les deux chaînes publiques et les deux chaînes privées. Après avoir perdu des parts de marché, les chaînes privées ont contre-attaqué avec une programmation non japonaise, principalement des productions américaines comme Hanna-Barbera. Ce stratagème échoue et TF1 reste prépondérant dans les émissions jeunesse avec ses licences japonaises. 

En 1991 , les salles françaises ont montré un animé long-métrage pour la première fois: Katsuhiro Otomo d'Akira , un adolescent-évalué, film SF pris en charge par l' éditeur manga mais mal distribués Glénat et un succès limité. TF1 Vidéo a édité la version vidéo (VHS) pour le marché français, et Akira est rapidement devenu une référence en anime Cependant, le genre d'animation japonais est devenu massivement exploité par les émissions de télévision à partir de la fin des années 1980, notamment l'émission culte Club Dorothée (principalement consacrée à l' anime Toei et aux séries tokusatsu ). En fait, les relations commerciales entre le studio japonais et les producteurs de spectacles français étaient si bonnes que le présentateur français a même figuré dans un épisode de la série Metal Hero en tant que guest star.      

            

Comme dans un magazine japonais de séries manga , le public du Club Dorothée a voté par téléphone ou minitel pour sélectionner et classer sa série préférée. Les séries de premier plan se sont poursuivies la semaine suivante, d'autres se sont arrêtées, puis une centaine de séries diffusé l'émission. Cette méthode de commercialisation japonaise importée n'avait jamais fonctionné en France auparavant, et n'a jamais fonctionné depuis. La série la plus populaire était Dragon Ball et plus tard sa suite, Dragon Ball Z , qui est devenu le numéro un, et a été surnommé le chouchou (l'animal de compagnie") par la présentatrice de l'émission, Dorothée. Comme la série a gardé le numéro un pendant plusieurs mois, Dorothée a invité Akira Toriyama ( Toei Animation ), créateur de la série, sur le studio de l'émission télévisée pour le présenter au public français et lui décerner un prix au nom de l'émission télévisée.             

Saint Seya est devenu la deuxième série animée à devenir populaire en France. Elle aussi appartenait au genre seinen , et montrait donc plus de violence - dirigée vers un public plus âgé - que la série shōnen shōjo du studio Nippon Animation des années 1970 et 1980. Les séries animées Toei et non-Toei diffusées à cette époque à la télévision française comprenaient Captain Tsubasa , Robotech , High School! Kimengum i et Kinnikuman . Cette émission télévisée culte s'est déroulée de 1987 à 1997 et a eu des effets imprévus et une profonde influence sur la culture française. Non seulement il a créé une génération de fan de manga et figurine manga , mais il a établi une base solide pour une exploitation durable et massive de l' édition de mangas et de la vidéo animée (DVD) au cours de la décennie suivante. La raison en est que la plupart des séries animées diffusées étaient des adaptations de mangas existants , et que les grands enfants pourraient plus tard acheter des mangas et des coffrets DVD (TF1 Vidéo et autres) de leurs séries d'enfance préférées.       

                  

 

Conflit générationnel autour du manga (1990 à 1995)

Glénat a publié le premier manga publié en France, Akira , en 1990 soutenu par le journal respecté Libération et par la chaîne de radio nationale Antenne 2. Les suiveurs comprenaient Dragon Ball (1993), Appleseed (1994), Ranma 1/2 (1994) et cinq autres. Au milieu des années 1990, l' anime et le manga sont devenus un phénomène social en France, avec différents magazines au format B5 comme Kameha (Glénat) et plus tard Manga Player (MSE).                    

Dans le même temps, une polémique a éclaté chez certains parents. En particulier, l'association conservatrice Famille de France déclenché une polémique médiatique sur les contenus indésirables, tels que la violence, dépeints dans le Club Dorothée, une émission télévisée pour enfants. A cette époque, un conflit générationnel avait surgi entre les jeunes fans de "Japanimation" et figurine manga (en usage jusqu'à ce que l' anime devienne mainstream) et les Japoniaiseries plus anciennes (un jeu de mots péjoratif pour Japonaiseries , littéralement "trucs japonais" et " niaiseries ", "trucs simples" ) . Ségolène Royal a même publié un livre, Le Ras le bol des bébés zappeurs dans lequel les Mangas sont décrits comme décadents dangereux et violents. Elle n'a pas encore changé sa position sur ce sujet. La même controverse sur le contenu pour adultes a été appliquée aux mangas hentai , y compris le fameux « interdit » Shin Angel de U-Jin , publié par des pionniers tels que Samourai Editions ou Katsumi Editions et plus tard dans des magazines. Le premier magazine de la série hentai , "Yoko", présentait des séries softcore comme Tropical Eyes de Yuuki Il a été publié pour la première fois à la fin de 1995. La même année, la série noire et ultra-violente, Gunnm (alias Battle Angel Alita ), a été publiée en série dans une édition mensuelle mince. Vers la même période, une version hardcore du magazine Yoko Okaz a été publiée.                

             

Liquidation d'anime et émergence de manga (1996 à 1998)

Au Japon, les chaînes de télévision ont programmé des séries telles que Hokuto no ken , Saint Seya et HunterxHunter tard dans la nuit pour un public adolescent et adulte. La télévision française enfin ont arrêté ces séries montées, et le Club Dorothée, diffusé sur la chaîne privée TF1, a commencé à remplacer les contenus japonais par des séries d'animation européennes ou américaines (imitant leurs émissions de télévision publiques concurrentes) et par des sitcoms françaises. Même si les studios d'animation franco-belges se débarrassent d'une sérieuse concurrence, le spectacle perd son audience phénoménale et s'arrête en 1997. L'erreur des producteurs du Club Dorothée est d'ordre culturel : en France, l'animation est considérée comme un genre à part entière, un produit dédié aux enfants et non aux adultes. Un long métrage d'animation n'était pas considéré comme un film d'action réelle, ce qui est totalement différent au Japon. Les séries ont été massivement licenciées à Toei sans tenir compte des classes d'âge.       

En 1996, le groupe de production du Club Dorothée met en place une chaîne câble/satellite dédiée au manga et à l' anime La nouvelle chaîne change de nom en Mangas en 1998 : les concepts d' anime et de manga se sont entremêlés en France, et le manga est devenu en fait le terme générique grand public pour désigner les deux médias. La chaîne diffuse d'anciennes séries discontinues du Club Dorothée aussi bien aux adultes nostalgiques qu'aux nouvelles et jeunes générations.           

Intégration et renouveau culturel (1999 à 2005)

Dans les années 2000, les longs métrages d'animation, et par extension les mangas , sont considérés avec plus de respect qu'avantÀ la fin de 1999 journaux respectés tels que Le Monde a donné des critiques élogieuses pour Hiroyuki Okiura 's Jin-Roh , et en 2000, Hayao Miyazaki est la Princesse Mononoke est devenu un succès commercial, sans doute le plus grand pour un manga caractéristique.             

En 2004, Mamoru Oshii d'Innocence: Ghost in the Shell 2 est devenu le premier finaliste de l' animation dans le prestigieux Festival International du Film de Cannes, ce qui démontre un changement de perspective radicale et une acceptation sociale du japonais animé manga Depuis 2005, des séries japonaises contemporaines telles que Naruto , Great Teacher Onizuka , Blue Gender ou Gunslinger Girl sont apparues sur de nouvelles chaînes analogiques/numériques terrestres (publiques) et satellite/large bande (privées). Alors que la concurrence très agressive qui sévissait autrefois entre, les deux ou trois seules chaînes disponibles n'existent plus dans la nouvelle offre télévisuelle française, vaste et segmentée, l' anime fait un renouveau en France.              

Mangas fabriqués en France

Une forte augmentation de la croissance de l'édition des mangas et figurines  vers 1996 a coïncidé avec la perte d'audience de l'émission Club Dorothée , ce qui a finalement conduit à la disparition de l'émission. Certains des premiers éditeurs, comme Glénat , adaptèrent le manga en utilisant le sens de lecture occidental et son travail induit de mise en miroir de chaque panneau et signes graphiques, et utilisant également un papier de qualité standard à la bande dessinée franco-belge. La culture manga originale a non seulement conservé la lecture originale, inversée, japonaise, mais a également utilisé un papier standard, de qualité bon marché, comme au Japon. Le manga japonais était un phénomène culturel si important qu'il a rapidement influencé les auteurs de bandes dessinées français. Un nouveau genre de "manga français" a émergé, connu sous le nom de " Le nouveau manga") en référence à la Nouvelle Vague française. 

FIGURINE MANGA FRANCE

Notre boutique met à votre disposition tout type de figurines manga, et tout est répertorié selon la catégorie du manga en question. Donc, non vous n’allez pas vous perdre comme dans les rayons d’un magasin. 

Vous y trouverez, tel qu’il est mentionné ci-dessus, des figurines dragon ball z, l’anime le plus populaire, et le plus ancien également. Des figurines hunter x hunter, des figurines one piece, l’anime le plus vendu en France.

En somme, les figurines manga ne sont pas nécessairement des produits exclusivement à offrir. Vous pouvez vous en servir à titre personnel, pour décorer votre chambre ou remplir votre armoire à collection !

Alors n'hésitez à venir faire un tour sur notre boutique en ligne en cliquant ici !

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published